NPI – Navigation, Ports et Intermodalité

Le mensuel du transport fluvial et de l’actualité portuaire en Europe

Rubriques

Suez Minerals – Opération Ternay : quand le fluvial monte en puissance

Voici quelques années, Suez Minerals, l’une des filiales du groupe Suez, spécialiste du traitement des terres polluées et de leur valorisation, a loué à la Compagnie Nationale du Rhône / CNR un terrain de 4 ha à Ternay, aux portes de Lyon, entre fleuve et autoroute. Le recours au mode fluvial sur cette plate-forme industrielle s’avère tout à fait pertinent.

Entre fleuve et autoroute, le site de Ternay reçoit 50 % des terres qu’il traite par la voie d’eau. (Photo Suez Minerals)

Entre fleuve et autoroute, le site de Ternay reçoit 50 % des terres qu’il traite par la voie d’eau. (Photo Suez Minerals)

Il s’agissait, en 2013, de la première plate-forme Neoter en France, gérée par Suez. Aujourd’hui, on en compte huit et un neuvième site pourrait être localisé à terme dans le Sud-Ouest.

Suez Minerals a investi 4 Mio € à Ternay, pour ce site classé ICPE, soumis à une forte réglementation. Parfaitement étanche, la plate-forme dispose de systèmes d’analyses et de récupération des eaux usées ainsi que de divers équipements : pelleteuse, cribleuse, mais aussi pont-bascule, nécessaire à cette société rémunérée en fonction des volumes de terres traités. Suez Minerals utilise le quai existant et loue à la demande les grues nécessaires aux chargements et déchargements.

50 % des flux pris en charge par la voie d’eau

Le site de Ternay traite en moyenne 60 000 t de terres polluées par an. L’objectif de traiter 50 % des flux par le fleuve est désormais atteint et sera peut-être un jour dépassé. Les chantiers de BTP des grandes agglomérations comme Lyon, qui sont parfois réalisés sur des friches industrielles, sont des sources potentielles de terres polluées. Ce sera également le cas des chantiers du Grand Paris qui devraient générer 43 Mio m3 de terres et déblais à déplacer en trente ans et qui intéressent fortement le groupe, avec un recours massif à la Seine.

Suez Minerals achemine les terres polluées sur le site, les trie, les traite et les valorise quand cela est possible. « L’objectif est évidemment de traiter un maximum pour recycler un maximum dans une logique environnementale et d’économie circulaire », observe Franck Leclerc, responsable de la communication de Suez Minerals et de Suez Remédiation (dépollution des sites). Cette année, l’évolution de la réglementation va permettre de diminuer les stockages et d’augmenter la réutilisation des terres traitées (remblais, sous couche routière, etc.).

Les terres polluées arrivent par la route ou par le fleuve, de Bourgogne, par exemple. Elles repartent par la route et via le Rhône, vers différents sites de valorisation dans le Sud, notamment le centre de recyclage dont dispose le groupe Suez près de Nîmes, qui traite environ 200 000 t / an de déchets industriels, d’amiante, de mâchefers et de terres polluées, ou encore le site de Montélimar. Au fil des ans, le fluvial se développe non seulement à Ternay mais pour d’autres chantiers du groupe. Ce dernier, qui dispose de deux unités fluviales sur la Seine, a transporté 1,7 Mio t de déchets par le fleuve en France. « Nous avons aussi cinq plates-formes en Belgique et une en Hollande, des pays qui ont une vraie et longue culture fluviale », précise F. Leclerc.

Suez Minerals a son siège social à Paris – La Défense. Cette filiale emploie 230 personnes. Franck Leclerc est basé quant à lui à Meyzieu, près de Lyon, où se trouve Suez Remédiation, une antenne du groupe dédiée à la réhabilitation des sites pollués en France. Le groupe Suez s’intéresse par ailleurs au développement des déchetteries fluviales comme celle de Lyon, inaugurée en décembre 2016, quai Fulchiron, devant les locaux de VNF.

A. B.

Laisser un commentaire