NPI – Navigation, Ports et Intermodalité

Le mensuel du transport fluvial et de l’actualité portuaire en Europe

Rubriques

Huningue : les rives du Rhin comme chef d’oeuvre architectural

Dix ans après l’ouverture de la passerelle des Trois pays, les berges de Huningue, situées à l’entrée de l’agglomération bâloise, vont connaître une profonde mutation. Voies navigables de France / VNF, en partenariat avec la commune, a lancé une opération d’urbanisation visant à faire des rives du Rhin une « porte de France » à l’architecture ambitieuse.

 

Au bord du Rhin, face à Bâle, trois jetées s'avancent vers le rivage. Leurs tours s'élèvent tels des phares signalant depuis l'autre rive le centre-ville d'Huningue, porte d'entrée de la France. Doc. Constructa

Au bord du Rhin, face à Bâle, trois jetées s’avancent vers le rivage. Leurs tours s’élèvent tels des phares signalant depuis l’autre rive le centre-ville d’Huningue, porte d’entrée de la France. Doc. Constructa

Les premières réflexions concernant la valorisation de ce site de 3 ha, situé sur le domaine public fluvial, datent de 2002. A proximité du port de Huningue et de son tissu industriel, faisant face aux ports de Weil et de Bâle-Nord, les berges adossée à la commune frontalière ressemblaient à un « no man’s land ». En 2010, le dossier a été relancé par la commune de Huningue, qui souhaitaient ainsi s’affirmer face au projet Dreiland, un important programme de reconfiguration urbaine menée sur l’autre rive du Rhin par le canton de Bâle.

L’année suivante, VNF et la Ville de Huningue signaient une charte pour réaliser ce projet de manière partenariale, en cohérence avec le projet bâlois mais également avec l’activité portuaire déjà présente. Ce n’est qu’une fois les 3 ha de domaine public fluvial déclassés et transférés en pleine propriété à VNF qu’un appel à candidatures a pu être lancé par Rives et développement (RSD), la filiale de valorisation de l’établissement public, créée en 2003 avec la Caisse des dépôts et consignations (il s’agissait à l’époque de valoriser l’ancien port Rambaud, dans le cadre du projet Lyon Confluence). Le 27 avril 2016, le projet du groupe Constructa (entouré des cabinets d’architectes Laisné-Roussel, Pietri architectes et Triptyque) a été retenu à l’unanimité. Son esprit : reconquérir les rives du Rhin de manière apaisée, tout en se mettant au niveau de l’énorme patrimoine dont dispose l’agglomération bâloise en matière d’architecture moderne.

Quatre tours-phares se dressant sur le Rhin

Le nouveau quartier, construit autour d’une ancienne darse, a été conçu comme une extension du centre-ville de Huningue. Le programme développera une surface de plancher de 30 000 m2, répartis en 3 000 logements (dont 25 % de logements sociaux), un hôtel de luxe et un immeuble de bureaux. L’ensemble sera complété d’un centre de loisirs et d’un camping de standing. L’équipement actuel, situé sur des terrains VNF, est en effet arrivé en fin de vie. Le nouveau camping, qui devrait être aménager en 2022 – 2023, servira en quelque sorte de zone tampon entre le port et la zone urbaine. Un accord a été passé avec la CCI, gestionnaire du port de Huningue, pour utiliser une petite bande de terrain située au Sud de la zone portuaire. En échange, le port récupérera une parcelle équivalente au Nord de ses emprises.

Six années seront nécessaire pour réaliser l’ensemble des aménagements, évalués au total à 90 Mio €. La première phase, comprenant la construction du bâtiment tertiaire, de l’hôtel et de 140 logements au Sud de la darse, devrait démarrer dès cette année. La deuxième phase se poursuivra l’année prochaine, au Nord de la darse.

« Pour Louis XIV arrivant à Huningue en 1679, le Rhin était plus une séparation qu’autre chose. Aujourd’hui au contraire, il doit être vu comme un véritable trait d’union, un lieu de vie », estime Jean-Marc Deichtmann, maire cette petite commune de 6 600 habitants pour qui le projet « Rives du Rhin » constitue une nouvelle porte de France, véritable vitrine d’excellence, tant en termes d’architecture que d’intégration environnementale et paysagère.

Le magnifique plan d’eau du projet « Rives du Rhin » attend encore d’être animé. Doc Constructa.

Le magnifique plan d’eau du projet « Rives du Rhin » attend encore d’être animé. Doc Constructa.

 

Un partenariat pour reconquérir les rives du fleuve

Une énergie saluée par Marc Papinutti, directeur général de Voies navigables de France / VNF qui estime que l’établissement « n’aurait pas réussit à mener le projet à bien tout seul ». Comme à Lyon Confluence, VNF a l’ambition de faire de la zone des Trois pays un cœur urbain. « L’expérience lyonnaise a mis en lumière l’intérêt d’un partenariat très serré avec les collectivités concernées, mais aussi avec les acteurs privés », rappelle Jean-Paul Viossat, directeur de RSD, avant de résumer les trois enjeux du projet : sa continuité par rapport au centre-ville de Huningue, son inscription dans une dynamique transfrontalière et sa cohabitation avec les ports intérieurs environnant.

« Le projet « Rives du Rhin » doit permettre au territoire de reconquérir les rives du fleuve. Mais il permet aussi de se projeter dans la voie d’eau de demain, sous toutes ses dimensions », conclu M. Papinutti. La transparence des bâtiments, le mouvement assuré par les structures extérieurs rappelant mats et haubans visent ainsi à valoriser le rapport de ce nouveau quartier à l’eau. Une eau-miroir encore bien vide cependant, et qui gagnera à être animée.

La première activité venant se greffer à cette réalisation architecturale pourrait être un service de taxi-bateaux pour rejoindre l’agglomération bâloise. Le site est en effet équipé d’un ancien embarcadère et les questions de mobilité font partie des problématiques envisagées dans le cadre de la coopération des Trois pays. Une petite halte fluviale sera par ailleurs aménagée dans la darse. « Dès lors que les bords du fleuve seront aménagés, les activités sur place se développeront », estime, confiant, le maire de Huningue.

N. S.

 

Laisser un commentaire