NPI – Navigation, Ports et Intermodalité

Le mensuel du transport fluvial et de l’actualité portuaire en Europe

Rubriques

L’UENF demande un engagement clair des Pouvoirs publics en faveur de l’innovation

L’argent investi dans les infrastructures fluviales – et notamment dans leur entretien – est de l’argent bien dépensé. L’aide à l’innovation que réclame la filière est bien modeste face aux bénéfices sociétaux attendus. Tels sont les deux messages qu’a voulu faire passer l’UENF à l’occasion de son congrès annuel.

 

Pour être conformes à la norme IMO Tier III, les moteurs Scania sont équipés d’une réduction catalytique (SRC). Photo Scania.

La profession fluviale demande un coup de pouce aux Pouvoirs publics pour être en mesure de se conformer à la nouvelle réglementation européenne concernant les émissions des moteurs d’engins mobiles non routiers. Photo Scania.

Une centaine de représentants de la Commission européenne, des Etats membres, du Parlement européen et d’autres acteurs de l’Europe fluviale avaient répondu présent à l’évènement annuel de UENF / Union européenne de la navigation fluviale. S’appuyant sur les conclusions du deuxième programme de travail des coordinateurs européens du réseau transeuropéen de transports, le président de l’UENF, Gunther Jaegers, a rappelé la nécessité de mieux entretenir les voies navigables et de lever les goulets d’étranglement actuels. La situation est particulièrement dramatique sur l’Elbe et le Danube, où la profondeur du chenal se réduit d’année en année et met en danger la fiabilité du mode fluvial.

G. Jaegers a également prôné la mise en place d’un programme de soutien au renouvellement des moteurs qui, grâce à la réduction des émissions polluantes qu’il provoquerait, créerait une situation gagnant – gagnant pour la société et l’industrie. Les armements membres de l’UENF ne sont pas avares en investissements et en innovations, mais la future l’entrée en vigueur du nouveau règlement EMNR place la barre vraiment haut. Les motorisations répondant à la nouvelle norme seront clairement bien plus chères que les meilleurs moteurs actuels, parce que cette dernière impose l’installation de systèmes de post-traitement très onéreux.

« De nombreux opérateurs préfèreront entretenir leurs moteurs actuels pour les préserver le plus longtemps possible. Il en résultera une stagnation des investissements », prévient l’UENF, qui demande aux Pouvoirs publics un engagement clair en faveur de l’innovation dans le secteur. « Les besoins en financement sont relativement modestes, au regard des bénéfices que ces investissements apporteront à la société », rappelle la fédération européenne.

Laisser un commentaire