NPI – Navigation, Ports et Intermodalité

Le mensuel du transport fluvial et de l’actualité portuaire en Europe

Rubriques

« Agir pour le fluvial » : du collectif à la fédération

Le collectif « Agir pour le fluvial » a tenu sa première assemblée, le 22 février dernier à Chalon-sur-Saône. L’occasion, pour ses adhérents, de réaffirmer leur soutien à l’investissement public en matière d’infrastructures fluviales, plus particulièrement sur le réseau à petit gabarit.

 

Avec le lancement, en 2014, de quatre unités Freycinet, Croisieurope a choisi de valoriser un patrimoine méconnu : le réseau fluvial à petit gabarit. (Doc. Croisieurope)

Le collectif a rappelé les possibilités considérables et généralement insoupçonnées des petits canaux, qui viennent donner de la résonance à la notion de réseau navigable. « L’envergure des projets de développement ne réside pas uniquement dans le développement du réseau à grand gabarit. Les projets de développement à l’échelle nationale doivent s’ancrer sur des itinéraires inter-bassins solides », a-t-il noté.

Estimant qu’un réseau fluvial maillé est crucial pour rendre la voie d’eau attractive et compétitive tant pour le transport que pour le tourisme et la vie économique des communes traversées par une voie d’eau, les adhérents ont insisté sur la complémentarité des usages sur la voie d’eau, l’absence ou la raréfaction de transport de marchandises par exemple conduisant généralement à l’envasement et à la prolifération d’algues dans les canaux qui affectent de la même façon les autres activités fluviales.

Une charte, un bureau, une fédération

L’intérêt manifeste des acteurs pour cette réunion a permis des échanges riches et constructifs amenant aux prémices d’une charte. Ce document d’orientation fixera les objectifs, les moyens et le plan d’action du collectif. Les adhérents se sont d’ores et déjà déclarés prêts à déployer les efforts nécessaires, au niveau local comme national, pour sensibiliser les élus au devenir du réseau à petit gabarit, renforcer la visibilité du fluvial dans l’espace public et amorcer un dialogue avec les nouvelles Grandes Régions.

« Nous avons aujourd’hui défini un ensemble d’objectifs et de cibles qui constituent la base d’une approche cohérente et intégrée pour le développement et le maintien du réseau fluvial à petit gabarit », ont conclu les membres d’ « Agir pour le fluvial ». Pour réaliser ces objectifs, le collectif insiste sur la nécessité de travailler dans un esprit de complémentarité, en évitant une approche trop cloisonnée.

Une prochaine réunion d’échanges est prévue mois de mai. Elle devrait voir la structuration du collectif en une potentielle fédération ainsi que la création d’un bureau pour encadrer son action.

Laisser un commentaire